[BD] SODA

Publié le par Yuuki

Et non avec SODA, on ne va pas parler d'apéro.
Ce qui ne vous empêche pas de vous servir avant de continuer la lecture...

4ème de couverture : ''On m'appelle SODA, mais mon vrai nom, c'est Solomon. David Elliot Hanneth Solomon. Si elle savait, ma mère vous dirait sans doute que je suis policier, mais à New York, il n'y a pas de policiers, juste des flics. De toute façon, elle ne sait pas, ça l'inquièterait, elle m'a toujours cru pasteur... Depuis l'an dernier, elle habite avec moi ; elle ne sort jamais et ne lit pas les journaux qui sont pleins de violence. C'est pas plus mal : les types que j'arrête sont parfois un peu morts...''

Soda est donc une série de BD qui peuple mes étagères depuis maintenant des années. Ecrite par Tome et dessinée par Warnant (tomes 1 et 2) puis Gazzotti, elle met en scène SODA, le flic taciturne dans des enquêtes souvent musclées. La vie de SODA tourne principalement autour du fait qu'il doit cacher son métier de flic à sa mère cardiaque qui habite avec lui.

Ce qui donne lieu à chaque tome à une scène de changement de costume dans l'ascenceur, SODA a appris avec le temps à se changer avant d'arriver en bas (et il habite au 23eme étage heureusement pour lui pas au 1er haha)

Mais NY est une ville dangeureuse et les crimes s'enchainent de manière rythmée, les personnages secondaires prennent de l'importance au fil des tomes, et chacun avec son histoire, son passé, apporte un réel plus à l'histoire. La série revisite un peu le genre polar en explorant la limite bien/mal ave une touche constante d'humour noir sans jamais virer glauque et lourd. Il est a noter que SODA n'a que 3 doigts à la main gauche. Ce qui reste un mystère (pour moi), c'est rapidement évoqué et il semblerait que ça lui soit arrivé alors qu'il était en mission dans la police et au moment du décès de son père.

Mon album préféré est je pense le 9, délivre nous du mal, où l'on quitte l'environnement urbain bien connu de SODA pour plonger dans son passé à Providence et en apprendre un peu plus sur la mort de son père.
 

En bref, c'est une série qui n'est ni très bonne ni très mauvaise, mais dans le genre elle est efficace. J'ai beaucoup aimé ce personnage un peu torturé de SODA/David, mi pasteur mi flic, qui doit partager sa vie entre la réalité dure, violente et impitoyable de la ville et la bulle idéaliste dans laquelle sa mère vit et qu'il ne veut surtout pas briser pour la protéger. Au final, il ne lui est jamais demandé de choisir, et les albums se terminent quasiment tous sur la frontière de ses vies : dans l'ascenceur. Je conseille la série à tous ceux qui aiment les histoires policières, les enquêtes, les atmosphères sombres et l'humour noir.

 

Publié dans BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article