[Livre] La vie revée des plantes

Publié le par Yuuki

La vie rêvée des plantes
(Article sans reel spoiler)

Titre original : 식물들의 사생활
Auteur : Lee Seung U
Année : 2009

C'est sans aucune autre raison que la curiosité, après avoir lu un article sur le livre (et parce que le titre est cool -ce qui est à 90% la raison pour laquelle je lis/regarde un truc) que j'ai eu envie de le lire. Vous pouvez, vous aussi lire cet article : ici, sur K.Owls

Résumé : Contraint d’espionner sa propre mère pour un mystérieux commanditaire, Kihyon est confronté à d’obscurs secrets de famille. Par tous les moyens, il tente de réparer les blessures du passé, entre une mère au comportement étrange, un père réfugié dans la culture des plantes et un grand frère adoré et haï, amputé des deux jambes à l’armée. La folle passion de Kihyon pour l’ancienne petite amie de son frère n’arrange en rien la situation.

 

Donc à mon tour de faire part de mon avis sur ce livre que certains ont manifestement trouvé époustoufflant. Moi pas. C'est dit ^^

Le concept de base est interessant, et la rencontre avec la famille donne le ton, le père est absent, la mère bizarrement étrange et ces deux parents semblent clairement préferer leur fils ainé qui lui est amputé des deux jambes suite à son service militaire. On ajoute le fils cadet rongé par les remords, les regrets d'avoir bousillé la vie de son propre frère et probablement de sa famille, qui se retrouve à espionner sa propre mère. Voilà, que du bonheur quoi.

Ce livre promet des visiter les plus profonds liens d'amour et les relations humaines complexes, mais manque cruellement de subtilité et plonge le lecteur (moi, en l'occurence) dans un malaise étrange. Sans être complètement glauqe, il nous montre que l'amour n'est pas angélique, innocent et pur, ce qui est vrai, mais il nous dit aussi que cet amour cru, sans artifice et parfois malsain est beau et là je ne suis plus d'accord. Je n'ai pas trouvé ça beau, j'ai été presque désolée parfois de la lourdeur des sentiment et l'union basée sur "l'un est la moitié de l'autre" si elle peut être intéressante est un peu trop présente et un peu trop physique peut être. 
Tout comme la métaphore des arbres qui traversent l'océan, qui si elle peut être jolie une fois, ne mérite peut être pas qu'on s'y attarde autant. Ce sont des bonnes idées, vraiment, mais leur présentation au lieu de m'éblouir m'a parue vraiment très lourde.

La fin est dans la lignée du roman, sans éclats, sans vraiment de suprise et ne soulage pas du malaise créé par le developpement de l'histoire. Je suis un peu désolée d'en dire du mal parce que j'aurais préféré aimer lire ce livre. Mais voilà, si le début m'a interessée, le developpement m'a semblé tenir plus d'une accumulation de lourdeurs que de l'exploration des sentiments familiaux, amoureux et humains.

Je ne déconseillerai pas de lire ce livre parce que chacun est différents et vous pourriez aimer ce que je n'aime pas, on a chacun ses propres goûts. Mais moi je n'ai pas aimé.

Publié dans Livre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article