[Série Kenya] Tuko Macho

Publié le par Yuuki

Tuko Macho

Pays  : Kenya
Année : 2016
Scénario et production :
the Nest Collective (en partenariat avec Forum Syd)
Episodes : 12 épisodes
Acteurs :

Tim King'oo
Ibrahim Muchemi
Njambi Koikai
Marianne Nungo

~ Bande annonce ~

~ Disponible avec sous titres anglais ici : The Nest Collective / Tuko Macho ~
 

« Personne n’avait jamais osé montrer la réalité de cette ville. Les réalisateurs se contentent de filmer les grandes villas bien éclairées des riches. J’ai voulu montrer Nairobi telle qu’elle est. Toute cette obscurité en plein jour. »

Jim Chuchu, réalisateur

Résumé sans spoiler : Tuko Macho suit un mystérieux groupe de justiciers qui enlèvent des criminels à Nairobi avant de faire un sondage en ligne en demandant aux habitants de voter pour leur execution ou leur libération...

Pourquoi j'ai regardé : . . . Je ne sais pas. Je suis tombée sur cet article à la suite d'un tweet de Livia il me semble mais c'est un peu flou. Et l'idée de diversifier un peu mes visionnages est toujours très présente, même si la facilité reste quand meme les séries asiatiques dont je maitrise mieux la recherche. Mais Tuko Macho a un gros avantage, celui d'être disponible sur le site de ses créateurs, avec des sous titres anglais.
Que demander de plus ?!!

Est-ce que j'ai aimé : J'ai trouvé au départ l'idée interessante, puis vient l'empathie pour le personnage de Biko (Jonah), personnage central qui dirige les enlèvements et les votes. En effet si au départ, son idée de justice semble un peu binaire (coupable donc executé ou non coupable et libéré), au fil des épisodes des flashbacks nous en apprennent un peu plus sur le passé de cet homme. Sur ses raisons, son but, et ce qui a fait de lui ce personnage plein de ressentiment et de colère... On en sait un peu moins en revanche sur ses compagnons et leur chef, une femme appellée Mwarabu. Ils vivent manifestement en marge de la societé, et ils paraissent la craindre également, n'hésitant pas à sceller les entrées de leur planque pour un isolement total en cas de menaces extérieures. Mwarabu est un personnage peu developpé mais on sent en elle une profonde sensibilité, presque maternelle avec ses ouailles, elle est un personnage un peu rassurant dans cette série, car bien moins violente que Biko. Elle semble aspirer simplement à vivre, dans les bas fond, dans la misère peut être mais vivre.

 

La série est appuyée par une réalisation qui capte très bien l'attention du spectateur par son coté carrément anxiogène. Musique agoissante, plans larges et statiques sur des endroits deserts, le tout entrecoupé de ce qui parait être des extraits de journeaux télé et de reportages. Ces derniers montrent d'ailleurs l'interet de la population pour ces mystérieux Tuko Macho et si la majorité semble les soutenir, certaines voix laissent entendre timidement que c'est un peu extrême. Et ça l'est. Biko attire beaucoup plus de sympathie et de compassion dans les flashbacks que dans le présent... Ce qui en fait un personnage à l'image de ses actions, on ne sait pas trop bien le catégoriser, il erre quelque part entre le héros moderne et le criminel...

L'homme qui le pourchasse, un policier, est également un homme plein d'émotions. Son instinct de policier le pousse à condamner Tuko Macho, mais son âme d'homme se pose des questions.

L'interêt du personnage est que son regard sur le phénomène est mitigé. Il n'est plus vraiment sûr de la limite entre le bien et le mal, et cela le pousse à réfléchir. C'est un homme calme et posé, finalement très humain par rapport aux personnages extrêmes que sont Biko et les gens haut placés qu'il vise.

Est-ce que je le recommande : Absolument. C'est une interessante plongée dans les bas fonds de Nairobi à la poursuite d'une justice qui n'existe plus...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article