[Drama Japonais] Hokuto

Publié le par Yuuki

Hokuto Aru Satsujinsha no Kaishin

Titre original : 北斗 ある殺人者の回心
Pays  : Japon
Année : 2017
Episodes : 5
Casting :
Nakayama Yuma, Matsuo Suzuki, Miyamoto Nobuko, Ito Sairi, Nikaido Satoshi

 


Synopsis : Hokuto Hashizume est un enfant battu et terrorisé par ses parents pendant des années. Sauvé par l’amour de sa mère adoptive, c’est un amour qui pourtant le poussera à devenir un meurtrier. De sa cellule, il demande à son avocat de le faire executer…

 

 

Vous le sentez le bon pitch feel-good plein de bonne humeur qui booste le moral ?

Et oui, comme prévu, Hokuto est un drama extrêmement dur. Et je ne dit pas ça à la légère, parce que techniquement dès qu'un héro attrape la fille par le bras dans un drama, je trouve ça violent. Mais là, je parle de violence à niveau extrême que ce soit physique ou psychologique. Cela en fait un drama un peu difficile à aborder, un peu difficile à supporter parfois mais il bénéficie pour contrebalancer cet étalage de violence d'un scénario, d'une histoire bien construite. Le drama ne nous balance pas sa violence à la tronche, il nous raconte quelque chose. L’histoire en effet se tient, tout se suit logiquement dans un implacable tourbillon de malchance et de malheurs, provoquant alors la frustration du spectateur qui à chaque seconde voudrait pouvoir stopper les souffrances de l'enfant d'abord puis du jeune homme qu'il est devenu. 


Le drama commence lorsque Hokuto est en prison pour meurtre, nous ne savons alors pas qui ni comment, ni même pourquoi il a tué. Nous découvrons un jeune homme qui à perdu foi en tout, et surtout en lui. Refusant tout d'abord les vistes de son avocat en attendant la peine capitale, il s'ouvre peu à peu (sinon y'a pas de drama hein) et nous dévoile son histoire... Alors par flashback pendant ses conversations avec l’avocat, nous allons découvrir toute l’horreur de ses vingt années de vie dans un récit poignant et  terrifiant. Nous sommes alors tout aussi perdus que Hokuto, plongeant chaque minute un peu plus dans l’enfer dont il n’a pas pu sortir.

 

Le drama aborde sans prendre de pincettes le thème douloureux de l'enfance maltraitée, de la violence conjugale, avec un engagement un peu plus prononcé que certains autres où sont seulement présentés les coups. En effet, dans Hokuto, après avoir pris en pleine face les tortures infligées au pauvre gosse et plus ou moins à sa mère, le drama nous expose les conséquences et les sequelles lorsqu'on peut penser que l'enfer est terminé. Et toujours sans prendre de gants, le drama nous montre à quel point il est difficile de sauver ces personnes prises dans un engrenage de violence, et à quel point on sous estime le coté psychologique de cette violence.

La pause lors du récit de sa vie avec sa mère adoptive devrait nous faire espérer un happy end, mais c'est oublier que le drama s'ouvre sur une très probable condamnation à mort. Et c'est ça le pire dans ce drama, le spectateur est lui aussi torturé lorsqu'on lui balance le pire des poisons, l'espoir. Comment ne pas espérer devant l'amour si pur de cette merveilleuse femme ? Avec sa patience et son âme maternelle, elle ouvre peu à peu le coeur de Hokuto et nous on espère bordayl, on veut que sa nouvelle naissance, comme il l'appelle soit la bonne. On veut que sa vie ne soit plus qu'amour et eau fraiche jusqu'à la fin de ses jours.

Mais.

Je vous laisse découvrir ce que veut dire ce "mais", Hokuto et les quelques personnes qui lui sont prochent vous le raconteront bien mieux que moi, avec beaucoup plus d'émotions et vous aussi ensuite, vous aurez envie de regarder une comédie pour compenser.


Je ne le conseille pas à tout le monde, j’ai moi-même hésité à continuer après le premier épisode tant il est dur. Mais le jeu de Nakayama Yuma qui signe là un de ses rôles les plus marquant à ce jour vaut le détour. Pour info, dans ma tête Yuma, c’est le petit chou de Yolo Moment, une chansonnette toute estivale pleine de guimauve et de positive attitude. Alors là ce fut un choc émotionel assez impressionnant pour moi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article