[Cinéma] Le film de la semaine #14

Publié le par Yuuki

Le film de la semaine

Pour cette nouvelle semaine, nous repartons au Mexique, j'ai selectionné un film qui parle d'un sujet dur, en effet disparitions et meurtres sont au rendez-vous. Mais trêve de bavardage, place au film de cette semaine, nous parlerons donc de....

____________________________________________

Bordertown

Année : 2007 - Pays : USA / UK - Durée : 112mn - Réalisation : Gregory Nava - Scénario : Gregory Nava - Casting : Jennifer Lopez, Antonio Banderas, Maya Zapata, Zaide Silvia Gutierrez, Sonia Braga

~ Bande annonce ~

Ciudad Juarez, état de Chihuahua, Mexique. Petite bourgade typique et sympathique du nord du pays... non je plaisante, c'est une ville entre l'enfer et quelque chose de pire. Les accords de libre échange avec les Etats Unis voisins ont entrainé le developpement de maquiladoras, ces usines qui fabriquent à la chaine nos postes de télévision et autres écrans avec un rythme effréné. Essort de l'emploi ou cadeau empoisonné ? Les ouvrières exploitées sont à la merci du moindre prédateur et quotidiennement viennent s'ajouter disparitions et meurtres. Lauren Adrian, journaliste d'investigation pour un journal américain va tenter de faire la lumière sur cette affaire que les autorités même semblent vouloir etouffer...

Alors je ne vous cache pas que la motivation principale que j'avais pour regarder ce film était le casting. J'aime beaucoup Antonio Banderas et JLo également, et je crois que sans ça, je n'aurais pas vu ce film parce que le thème n'est pas spécialement ce que je préfère...

Si le message que le film veut faire passer est relativement clair, faire la lumière sur un fait réel, le triste sort de femmes qui disparaissent et dont tout le monde se fout, la mise en scène et le scénario sont loin d'être parfaits. En effet, l'idée d'aborder le sujet en suivant une journaliste qui entend bien découvrir la vérité est une très bonne idée, et Jennifer Lopes s'en sort assez bien dans ce rôle, elle est crédible en femme forte, soutien à la fois des femmes et de la presse. Mais là où le bas blesse, c'est ce besoin d'ajouter une origine mexicaine au personnage de Lauren. Comme si sans ses origines, elle ne pouvait pas être concernée par ce fléau, c'est exactement le contraire de ce que le film entendait faire j'ai l'impression... Je me suis senti impliquée avec Lauren au départ, mais cette connexion avec le personnage disparait quand son implication à elle est justifiée par son enfance et ses origines. Et cette fracture avec le personnage est un peu désagréabe, surtout que sans cela le personnage de Lauren est interessant. Pas nouveau, mais interessant. Dans un monde à deux vitesses, où les riches mettent en place les codes pour exploiter les pauvres, où corruption et manigance politique régulent tout, Lauren refuse d'accepter ces régles. J'ai apprécié son implication après sa rencontre avec Eva, jeune rescapée d'une agression, et le fait que faire éclater la vérité soit plus importante que faire un bon papier. Même si on se fait très peu d'illusion sur le journal qui acceptera de publier sa vérité... Lauren est donc une femme forte, impliquée et efficace, mais son passé est un obstacle à une totale identification au personnage pour tous ceux qui n'ont pas de racines mexicaines. Et c'est un peu dommage.

Si le film souffre de ses clichés un peu hollywoodien, il a le mérite d'exister et de dénoncer toute la mécanique qui amène à retrouver des cadavres à peine enterrés dans le desert, avec une totale impunité pour les auteurs. Toute la chaine est dévoilée, des médias aux politiques américains et mexicains en passant par les autorités locale et les industriels. Comment on en est arrivé à faire de cette ville une sorte d'usine géante fonctionnant 24h/24 avec une main d'oeuvre pas chère et très renouvelable, des proies faciles. Et par la même occasion, on apprend un peu dans la douleur le véritable prix de l'écran sur lequel nous regardons ce film. Et sa force réside là, mettre le spectateur devant les faits, lui faire comprendre que ces faits monstrueux ne sont pas que l'oeuvre de prédateurs psychopathes mais bel et bien le résultat d'une société dans sa globalité...

En bref, un film qui avec ses défauts, a tout de même le courage de jetter un pavé dans la mare. Le film est soutenu par un casting confirmé, on ne présente plus Martin Sheen, Antonio Banderas ou Jennifer Lopez. Cela dit, j'aimerais souligner la prestation de Maria Zapata, vraiment incroyable d'émotions dans le rôle de la jeune rescapée. Malgré une légère déception au niveau du personnage de Lauren, le film reste un bon moyen de mettre un peu en lumière un fait qui n'interesse que peu de gens. Sans se voiler la face, le duo JLo/Banderas ne sera pas le grain de sable qui mettra à terre la machine mais il suffira peut être à redonner de l'espoir dans une lutte où les rapports de forces sont clairement désequilibrés. C'est un film à éviter si on veut se detendre par contre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article