[Cinéma] Le film de la semaine #38

Publié le par Yuuki

Le film de la semaine

Pour cette nouvelle semaine, parlons encore de voitures et de grand prix mais en animation ! Suivons un canard enthousiaste et un hérisson dépressif... Mais trêve de bavardage, place au film de cette semaine, nous parlerons donc de...

____________________________________________

Grand Prix
(
Flåklypa Grand Prix )

 

Année : 1975 - Pays : Norvège - Durée : 88 mn - Réalisation : Ivo Caprino - Scénario Kjell Aukrust, Kjell Syversen, Remo Caprino, Ivo Caprino - Casting (voix) :

~ Bande annonce ~

Théodore Lajante est un réparateur de vélos vivant sur les hauteurs de Pignon-sur-roc. Lorsqu'un jour il apprend qu'un ancien apprenti est devenu champion automobile grâce à une de ses inventions qu'il a volée, il entreprend, avec ses amis un canard et un hérisson, de conçevoir et de construire un bolide qui battra son ex apprenti sur le circuit.

Vous allez rire, j'ai découvert l'existence de ce film d'animation en cherchant Grand Prix, le film avec Yves Montand... Et en voyant Flåklypa Grand Prix sortir dans la recherche, je me suis dit en rigolant, "haha ils ont même fait un doublage en suèdois" et bien non pas du tout (enfin peut être que si en fait, mais je n'ai pas creusé dans cette voie), ce n'est pas Yves Montand en suédois mais bel bien un film d'animation, et de voitures, norvégien. Ma curiosité étant piquée au vif, j'ai acheté le dvd... et me voilà partie pour 88 minutes de petites marionnettes et une histoire au fond classique mais haletante.

Tout d'abord, il faut remettre le film dans son époque, et en 1975 un tel résultat d'animation est exceptionel. Réalisé en stop motion, c'est à dire avec des marionnettes fixes que l'on déplace entre chaque image, l'animation est fluide visuellement. Si le design des personnages peu sembler un peu old school et vieillot, le travail pendant la course finale est exceptionnel. Les gens allergiques au stop motion par contre risquent de se lasser très rapidement par contre.

Au niveau de l'histoire, peu de prise de risque mais un scénario bien ficelé. Théodore est un viel homme qui aspire manifestement à une vie tranquille, sinon il n'aurait pas installé sa boutique de réparation de vélo en haut d'une montagne. En effet, qui aurait le courage de monter avec justement un vélo cassé ? Déjà qu'avec un vélo en bon état ça ne doit pas être simple... Bref, Théodore est sympathique et vit sa petite vie d'inventeur en quasi-autarcie sur sa montagne. Son petit monde est peuplé de deux acolytes aux caractères opposés : Sonny, un canard débordant d'énergie et d'optimisme et un hérisson hypocondriaque à tendance hautement pessimiste. Mais les deux sont adorables et le trio s'entend à merveille. On découvre quelques inventions improbables de Théodore qui les aident à bien vivre dans leur petit paradis... Et puis un jour tout bascule, un reportage du journal télévisé leur apprend qu'un ancien apprenti de Théodore a volé et profite d'une invention du viel homme et s'en attribue les mérites. Curieusement les trois personnages réagissent tous très différemment. Théodore est un peu sous le choc mais ne semble pas scandalisé outre mesure alors que le canard frise la crise de nerf pendant que le hérisson se demande comment se faire oublier... Comment va vivre le trio avec ces réactions si différentes ? Vous le savez bien sûr, vu le titre et la pochette du dvd, Théodore ne va pas en rester là et affrontera son ancien apprenti dans une course palpitante. Mais au départ, si Théodore à des idées de génies pour concevoir son bolide, il n'a pas d'argent pour le réaliser. Le film introduit donc de nouveaux personnages tous plus atypiques les uns que les autres, amusants et loufoques.

Le rythme est finalement assez lent, et moi qui pensais assister à des courses de vitesse à n'en plus finir, j'ai été surprise. En effet le film ne se centre pas sur la course elle-même, mais montre lentement tout le processus qui amènera Théodore sur la piste, de la découverte du traitre à la construction de sa voiture aussi improbable que rapide, en passant par la décision, la conception, la construction... Tout celà prend une bonne partie du film, comme pour nous montrer que prendre son temps est nécessaire pour aller vite. La course ensuite est d'une rapidité affolante, les bolides animés nous plongent dans la compétition pendant les 20 dernières minutes du film. Véritable défi pour Théodore qui met son honneur en jeu...

En bref, je pensais regarder le film une deuxième fois avec les enfants mais au vu du rythme relativement lent au départ, et du visuel un peu old school, je vais me le garder pour moi. Cela dit, j'ai beaucoup aimé suivre les personnages, qui sont très bien developpés et évoluent assez naturellement. L'ensemble est plein de poésie et la course finale maintient le suspense jusqu'à la dernière minute.

 

Publié dans 1Pays1Film, Ivo Caprino

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article